Sara Pastel – Quand les pasteis de Nata débarquent à Casablanca!

La micro histoire du pastel de nata:

Pastel, pour nous, ça évoque gâteau et par conséquent, aucune des personnes invitées à venir découvrir la boutique Sara Pastel n’a fait le lien avec le Portugal. Je pensais sincèrement atterrir dans un carrefour de donuts, cupcakes, muffins et autres americaneries. Peut-être une nouvelle pâtisserie Française. Omission d’objet préméditée, Sara pastel a réussi son coup : C’est en réalité l’histoire d’une parisienne marocco—portugaise qui décide d’investir le Maroc en important directement de Lisbonne des Pasteis de Nata , LA pâtisserie traditionnelle qui porte la voix du Portugal aux quatre coins du monde. Les Pasteis de Nata sont originaires « Fábrica dos pastéis de Belém », où des moniales du monastère des Hiéronymites dans le quartier de Belem « se sont demandé pourquoi les jaunes des œufs dont le blanc servait à faire les hosties partaient à la poubelle. Elles ont donc inventé ce dessert et ont décidé de le vendre pour faire rentrer un peu d’argent » 

Aujourd’hui, les Pasteis de Nata (à prononcer pashteish) font autant de bruit que les cupcakes et les macarons et tout touriste un minimum renseigné ne rentre de ses vacances portugaises sans en avoir raflé. Ici au Maroc, ses adeptes les cherchaient depuis un moment. Les plus téméraires tentaient de les reproduire à la maison, sinon de demander à quelqu’un d’en ramener de voyage et si chanceux comme moi, de la fabrique elle-même (Merci Kenza !).

Pasteis de Belem, offerts par une amie de Lisbonne!
Devanture de Sara Pastel, 10rue ain aouda

Pourquoi le Pastel de Nata plait autant?

Bien que ce délicieux dessert anodin ait séduit mon goût, je reste toujours étonnée devant l’ampleur de son succès, au point de me poser la même question que le site Munchies.  Pourquoi, de toutes les pâtisseries traditionnelles internationales, le Pastel de Nata attire autant d’amateurs ? Post à l’appui. Cette robe de feuille croustillante farcie de crème, dorée au four et que l’on saupoudre de cannelle avant de déguster reprend peut-être de manière parfaite les codes avec lesquels nous avons grandi. Théorie « raccourci » peut-être (que j’invite ouvertement à développer), nous sommes très attachés aux feuilletages et viennoiserie qui accompagnent à peu près tous nos événements repas : Petit déjeuner, ftour, après midis entre amis et goûter avec un chocolat chaud..

Comme la viennoiserie est plutôt neutre, moins lourde qu’un mille feuilles, mais a plus de goût que du pain, on enchaîne sans calculer. Et puis un plateau de viennoiserie c’est nettement plus économique que des gâteaux de soirées. C’est dit. Alors la pâte feuilletée, on l’a bien apprivoisée. Ajoutez au feuilletage doré au four, l’odeur du lait remontant de la casserole apprêtée pour une crème pâtissière, une texture de flan (voir de flan cake!) préparé par maman pour le goûter et retrouvez-vous dans le monde confortable de l’enfance.  Alors quand c’est préparé comme à la maison avec des produits nobles, du bon beurre, des parfums doux (en l’occurrence le beurre, le sucre caramélisée et la vanille), la pâtisserie en devient rapidement addictif. On mange sans compter car le cerveau, qui voit en tout élément fort et inconnu un danger potentiel absorbe aisément cette douceur oubliée. En d’autres termes et comment le résume si bien Munchies, c’est cette simplicité qui les rend si addictifs.

Sara Pastel et ses Pasteis

Aujourd’hui donc, Sara Pastel rend le sourire à plusieurs gourmands : Décidée de faire de ses origines un beau gagne-pain, elle revend dans ses quelques mètre carrés aux Azulejos (carreaux de faïence décorés) ces pasteis de Nata. D’abord le pasteis de Nata original, bien sûr, puis fourré au chocolat, de la même manière qu’on ferait une chocolatine. Ensuite des versions plus curieuses : Elle nous suggère des pasteis aux fruits rouges, et au fruit de la passion. Si la crème n’est en général pas la meilleure amie des fruits rouges, le résultat ici remballe notre scepticisme. Les fruits rouges n’ont pas eu le temps d’acidifier la crème qui, elle coopère bien. Les pasteis sont subtiles, frais.  Le fait que le fruit de la passion soit intégré comme un insert en gelée le rend harmonieux, tout comme celui au thé vert. Oui du pastel au thé vert importé du Portugal ; curieuse coïncidence !  Les pasteis sont disponibles en version mini et maxi, à emporter. Néanmoins, Sara a aménagé une petite banquette pour ne pas attendre de les consommer en sa compagnie. Pour cela elle propose aussi boissons maisons comme du café glacé, mojito, iced berries et du iced carioca (à ne pas confondre avec un brésilien 😀 ), boisson portugaise à base zestes de citron infusées dans de l’eau chaude !

Durant la dégustation, La mama de Sara nous invite à découvrir des spécialités portugaises qu’elle prépare à la maison et qu’elle espère lancer par la suite.

Seul élément qui pique, le prix! A renégocier! 😀

Sara Pastel
10 rue Ain Aouda Traingle D’or.
0638659636

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *