Manger à Paris en 5 jours

52 Faubourg saint denis – Néobistrot
Nous avons envie de bien manger, nous voulons de la fantaisie et du soin, mais nous ne voulons pas nous ruiner, nous ne voulons pas de bistronimie, ni d’enseigne qui vend sa marque à la place de ses produits. Nous avons choisi le 52. Cadet du restaurant Le Richer, puis l’office, il propose des saveurs ou des matchs insoupçonnés, jouant avec des produits du marché pour en sortir des plats ultra gourmets. La carte de ce petit laboratoire gastronomique change régulièrement en gardant la même formule : 3 entrées (9€ l’une), 4 plats (16€), et 3 desserts(8€). L’accord est aussi fruité que le plat.

52 faubourg saint denis richet

De bas en haut, de droite à gauche:

  • Magret de canard rôti, purée de betterave, poire de terre, endives=> C’est bon et pour info, la poire de terre qu’on a découvert ce soir là est un vieux fruit. Le goût ressemble à une patate qu’on aurait plongé dans du sirop de poire.
  • Mulet noir, polenta, céleri-rave, salsifis et beurre de vanille (Mon choix)=> On ne s’ennuie pas de déguster cet assortiment de goûts, et ce n’est pas gauche du tout!
  • Gnocchis à la cardamome, épinards, siphon pomme et noix du brésil=>  Miam le mélange !
  • Terrine de canard, croûte briochée, crème de raifort et radis=> Légère entrée une bonne petite dégust pré-repas!
  • Cannelloni d’agneau braisé, carottes et courges rôties, moutarde de Brive (Harissa)=> C’est pas mal, un gout assez oriental.
  • Crème de noisette, feuille craquante, pomelos à la mélisse, glace praliné=> On sent la noisette bien travaillée!
  • Ananas à la coriandre, sorbet shiso, crème de citron/yuzu arlettes (Mon choix)=> Frais & fruité

52, rue du Faubourg Saint Denis 75010 Paris

Boco – Plats de chefs étoilés dans une cantine
Un concept  qui m’a tentée durant une balade. Lancé par les frères Ferniot, c’est un bistrot self service qui propose des recettes bio à l’accent du terroir élaborées par des chefs étoilés et servies dans des bocaux. Entre 14 et 20€ le repas (entrée plat dessert). A table:

  • Velouté de potiron au café, signé Anne-Sophie Pic => Je veux le refaire à la maison!
  • Comme un vol au vent de volaille et moutarde douce d’Anne-Sophie pic => Il semble très normal mais c’est doux et bon!
  • Parmentier de canard aux graines de cassis sur polenta de Jean-Michel Lorain=>Un peu gras, mais très bon.
  • Le dessert un peu décalé de Philippe Conticini => Crème de sésame noir, crumble de pistache => C’est pas mauvais mais c’est fort, et j’aurais peut-être souhaité un fruit sucré et acide pour contrebalancer le goût !
  • Le Mont-Blanc marron, marmelade de cassis de Cristophe Michalak => J’adore le mont-blanc, et celui-ci m’a enivrée. Chaque couche est une vibration pour la langue.
Boco
Boco

Le comptoir de l’Arc – Bistrot type Parisien
Ni à critiquer, ni à saluer, c’est une brasserie à fort rapport qualité prix surtout à deux pas des champs. L’ambiance est chaleureuse pour un afterwork et c’est apparemment plus sympa pour un dej chaleureux avec les copains. La cuisine profite à tout le monde par sa diversité. Le tartare de saumon est correctement assaisonné et copieux. Les pâtes aux truffes sont bien crémeuses (bonnes pour celui qui goûte, assez bourratives pour celui qui les mange). Environ 15€ les plats

comptoir de larc

73 Avenue Marceau, 75116 Paris, France
Téléphone :+33 1 47 20 72 04

Fine Lalla – Cantine urbaine Marocaine (Fermé)
J’aurais déprimé si je n’avais pas posé les pieds chez Fine Lalla. Après un thé vert et une savoureuse corne de gazelle à l’orange offerte, je commande mon repas à emporter: Un sandwich au tajine de poulet au citron confit authentique (5€), mais surtout un dessert renversant au fromage blanc et coulis de dattes, avec une pointe de fleur d’oranger (3.5€). Pour la livraison, on vous envoie le sandwich froid avec une carte qui décrit les instructions pour le chauffer, afin de respecter la chaîne de froid. Un chaleureux coup de cœur, devant autant de petits détails maîtrisés.

fine lalla paris

Café Pouchkine – Expensive Tea time & Pâtisseries:
A l’intérieur de printemps, se cache un café aux pâtisseries qui figent le regard.  Nous avons choisi de nous attabler donner à ces petites merveilles le temps qu’il faut pour être mangées. Je trébuche en goûtant la Rozovaya : Dôme de mousse vanille mascarpone, cœur de compote de cassis, biscuit japonais à la violette, croustillant d’amandes, crémeux vanille et confit de cassis. Cette douce séquence m’a été proposée accompagnée de Morse à la cerise (boisson russe) et d’un thé.
La fine bouche d’à côté a choisi un assortiment de 3 pirojkis (semblable à des chaussons farcis) qui, à mon goût ne ressortent pas du tout la finesse de l’enseigne. Le dessert sera un Meldovic, biscuit parfumée au miel de sarrasin, confiture de lait russe, crème fraîche russe. C’est bon mais très rassasiant.
Pour la route, les macarons sont différents. Le earl gray nous offre son arôme de thé noir tandis que le cassis violette ne fait remonter que le sucre.
Après une addition pas très sucrée, on se dit qu’au même prix, on peut trouver pareil sur Paris. Environ 20€ chaque formule.

café pouchkine
Le restaurant de l’Hôtel – Dîner gastronomique

Très célèbre restaurant qui a séduit mes sens. Vous retrouverez mon dîner les yeux salivant d’émotions ici.

Un dimanche à Paris – Restaurant, salon de thé & épicerie fine autour du chocolat.
Prenant source dans une tour du mur d’enceinte de Philippe Auguste, il s’agit d’une institution qui considère que le chocolat est une épice qu’il faut intégrer dans la cuisine. Nous sommes donc impatientes. Après avoir fait le tour des plats, une réalité remonte : On ne sent pas le chocolat partout, soutenue par le propriétaire des lieux qui insiste sur la subtilité de l’arôme. Pour avoir l’expérience choco la plus concrète, je recommande le ris de veau.

A chaque bouchée de leurs desserts, une étoile explose. Nous n’avions pas envie de les terminer, surtout le mien. Il s’agit de la tarte du mois. Chaque mot utilisé dans la description témoigne du soin que l’on porte à la préparation de ces pâtisseries.

  • Tarte du mois: Mangue, kumbawa, gingembre de jasmin. Ce sont ici 4 arômes différents qui se réunissent pour une ôde au goût. La tarte au citron qui nous est offerte est toute aussi fine.
  • Le frisson porte bien son nom. C’est un confit de fraise des bois rehaussé d’une pointe de framboise, biscuit pain de Gênes au citron vert, entouré d’une crème légère citron vert, menthe fraîche, sur un streusel croustillant noix de coco.
  • Le « Nuances de chocolat » c’est un jeu de texture et de saveur autour du chocolat, du cacao et de la noisette.

20150312_212734

Un dimanche à Paris
Un dimanche à Paris

Le mandarin oriental – Boire un verre l’après-midi dans un palace:
Il ne me serait jamais venu à l’esprit qu’en traversant une porte dans les ruelles de paris, j’allais atterrir dans cette petite oasis. On oublie qu’on est à Paris lorsqu’on papote devant la fontaine, et qu’on s’imagine avec un groupe d’amis sur la cage en hauteur. L’équipe est au x petits soins et pour appuyer l’enivrant cocktail au saké, quelques noix de cajou truffées et autres salés sont servis.

mandarin oriental paris
JAPANESE SPRITZE: Saké Sayori, Liqueur st Germain, bitter plum et peychaud bitter, avec de l’anis étoilé

Mandarin Oriental Paris

Boire un verre le soir : Le Pershing Hall
Cette adresse est parfaite pour siroter un bon cocktail et plonger son regard dans son intérieur très chic. Les différents espaces aménagés (Tables hautes, tables normales, fauteuils, jeux de niveaux, tables sur des niches donnant sur le patio accueillant le restaurant sont inspirants.

Crédits photo Le Pershing Hall
Crédits photo Le Pershing Hall

Planet sushi – Good or not?
Usine pour certains, bonne adresse pour d’autres, j’ai goûté et je suis d’accord avec les deux. Nous ne sommes pas dans la finesse, mais ce qu’on a commandé a largement répondu à notre besoin onologique. Nous nous sommes régalées. Le foie gras/mangue n’étant pas une réussite, je reviendrai tester les autres créations.

planetsushi paris

Flaner et se ruiner dans La grande épicerie deParis :
Tous les pays et les continents y passent et les prix ne rigolent vraiment pas. Cet endroit est une encyclopédie en terme de produits d’épicerie fine, de terroirs mondiaux et de marques. C’est pour moi un musée auquel je pourrai accorder toute une journée.

La grande épicerie de Paris
La grande épicerie de Paris

Ne pas rater:
La pâtisserie des rêves crée par Philippe Conticini et ses classiques réinventés.
Tester les macarons de Pierre Hermé (huile d’olive mandarine, chocolat au lait & fruit de la passion, thé vert matcha & sésame noir, vanille violette cassis)

patisserie des reves

Coup de coeur street food: Le strudel,  une pâtisserie originaire de l’europe centrale, à base de pomme cannelle et fruits secs).

strudel paris

Merci à tous ceux qui ont contribué à me faire découvrir ces adresses appétissantes!
Retrouvez également toute mon expérience sur le site Womanityworld

Une réflexion sur “Manger à Paris en 5 jours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *