Deux jours express à Lyon.

Arriver à Lyon, la capitale de la gastronomie un dimanche aprem où à peu près tout est fermé et devoir repartir mardi matin, c’est serré et… frustrant! Fort heureusement, j’ai des amis aimants et la 3g qui me donne accès au petit paumé. Explication à la fin de l’article.

Donc dimanche aprem, la plupart des services terminés, mon ami tombe sur le café 203.
Un petit bistrot RPPP (recommandé par le petit paumé) 2011. Je suis! Mon premier  souhait : Goûter aux spécialités Lyonnaises. Mon regard tombe sur l’andouillette à la moutarde et la très aimable serveuse me dit que c’est particulier. Soit on adore, soit on déteste. Et moi.. Je déteste :’( Je me calme avec la salade incroyablement bien mouillée au vinaigre de noix et mes frites puis je goûte à la bonne croziflette de mon accompagnateur plutôt chanceux! Le passage au dessert est une évidence  et pour me consoler, il me propose d’en prendre deux de mon choix qu’il mangera avec moi. Détour spécialité oblige: La tarte aux pralines (qu’on retrouvera dans toutes les pâtisseries déclinée en viennoiserie, biscuits à ne pas rater) => C’est une tarte bien sucrée; puis consolation gourmande: Le tiramisu aux châtaignes=>aussi bon que dans mon imagination!

De haut>Bas, Gauche>droite: Croziflette, tiramisu, tarte, andouillette
De haut>Bas, Gauche>droite: Croziflette, tiramisu, tarte, andouillette

Allez on file bouger un peu pour préparer notre ventre au dîner car le temps est serré. Une amie me propose un japonais : le Hakata Ramen, un des restos ouverts le dimanche. Zero sushi, ils n’y servent que des plats jap, et principalement des Ramens qui sont je cite Wiki: « des mets japonais constitués de pâtes dans un bouillon à base de poisson ou de viande et souvent assaisonnés au miso ou à la sauce soja, importés de Chine au début du xxe siècle. »

Le mien était au poulet frit. Ce n’est pas ce que j’ai goûté de plus bon.. peut-être était-ce dû au fait que je n’avais pas très faim et que j’avais entamé une entrée (poulet curry) not bad! Anyway ce qui m’a vraiment plu, c’était le Tori Teriyaki don ( poulet sauté et caramélisé à la sauce de soja sur un bol de riz), servi en menu avec des Takoyaki (boulettes au poulpes) incroyablement bonnes. Dans les 11-13 euros le menu.

Poulet caramélisé, boulettes de poulpe, poulet curry, Ramen
Poulet caramélisé, boulettes de poulpe, poulet curry, Ramen

Au bout de la rue, vous pouvez vous arrêter une petite heure au  LesBerthom, un bar à bières pour les amateurs où vous pouvez retrouver des goûts bananes, réglisse, fruits rouges et j’en passe. Quand je dis à ces goûts-là, pensez  à des notes, des arômes subtils qui reviennent à la fin.  La déco est particulièrement intéressante car c’est aménagé dans un esprit extérieur, mais c’est complètement intérieure et les détails des fausses portes ne nous échappent pas!

Lesberthom

Le lendemain, on se retrouve à La boite à café, le coffeeshop du torrefacteur Moxka
Loin cafés brûlés, c’est au niveau d’une placette sur les pentes de la croix rousse que je goûte au meilleur café qu’on ait pu me servir (origine Burundi). J’achète sans hésiter le pack de 250grammes (brésilien) puis je me délecte des quelques centilitres avec un excellent brookie au pécan, et une noisette (sorte de biscuit) à la praline.

Café Mokxa
Café Mokxa

Tout ça me donne du peps et nous entamons les petites balades dans les quais du rhône.
On passe à côté du Nin Kasai qui sert apparemment de très bons burgers mais l’objectif du jour c’est de tester un bouchon Lyonnais. On atterrit donc chez La mère jean, un tout petit bouchon RPPP. Il ne reste plus qu’une table et pour nous y installer, on découvre un concept sympa. A la place du vide créé entre deux tables voisines, le restaurant a placé une plaque en plastique qui coulisse entre les deux. On la sort pour qu’on puisse rentrer, puis on la remet en place, vous me suivez? 😀 . L’heure est à la célèbre quenelle. On a quand même envie de goûter le gâteau de foie de volaille au coulis de tomate qui résonne comme de la kefta bmatécha sauf que beaucoup plus spongieuse, c’est bon ! Quant à la quenelle, j’avais l’impression de manger une omelette avec de la farine goût poisson. Ce n’est pas mauvais, mais ça n’a pas de goût très prononcé donc je n’arrive pas à terminer. Elle est servie avec une très bonne sauce au jus de crustacés. Pour terminer le menu, c’est saint-marcellin (fromage), puis une très bonne île flottante.

mere jean lyon (2)

mere jean Lyon (4)

mere jean lyon (3)

Lyon m’accueille avec un soleil éclatant qui nous emmène vers un petit jardin en hauteur pas loin de Fourvière.
On prend le temps de faire un tour d’horizon de la ville, de digérer, puis on continue la balade dans le vieux Lyon. ET là ! Cachez moi cette épicerie fine qui ne me ruinera point!! A droite une bibliothèque de chocolat et à ma gauche, un laboratoire à rhum aromatisé à un peu de tout, comme d’habitude. Et ce n’est que l’entrée car l’épicerie fine ne manque pas de confitures, vinaigres, pralines et autres confiseries locales. Je ressors d’ailleurs avec du chocolat au piment d’Espelette, chocolat au thé noir, un succulent vinaigre à la pulpe de framboise que j’injecte dans ma sauce tomate en ce moment. Plus loin, je craque pour un assortiment de confiseries lyonnaises. Des coussins lyonnais (ganache chocolat enrobée de pâte d’amande au curaçao), quenelles  (praliné nappé de chocolat blanc), bouchons lyonnais (chocolat, praliné) et ‘autres pâtes de fruits enrobées de pâte d’amandes. Au final, j’ai trouvé ça trop sucré :/

Le comptoir de Mathilde
Le comptoir de Mathilde

DSC_0053

On continue la promenade jusqu’à tomber sur le glacier de mes rêves… Terre Adélice.
Avec une cinquantaine de parfums proposés, il vous permettra de goûter à des glaces auxquelles vous ne vous attendez pas, à 2€ la boule ! Ma sélection ?
Pain d’épices > Comme en vrai!
Madeleine > Car on me l’a recommandée et on sent presque la texture sablonneuse de la madeleine!
Absinthe > On retrouve le goût de la plante.
Piment d’Espelette >> Un MUST TRY pour moi :C’est légèrement sucré, lacté, et le piment donne un coup de fraîcheur à votre gorge, c’est incroyablement bon!
Avec un air timide, je demande au glacier de me faire goûter la chartreuse (pas loin de l’absinthe) et la betterave (ouhlala trop fort pour moi). Sans pouvoir terminer notre énorme pot, on se quitte.

DSC_0172

Je retrouve des amis le soir chez Thomas.
Une enseigne restaurant, pub, comptoir, qui se font face dans la même rue. Nous avons choisi le resto. Nous sommes bien accueillis et commençons la commande. Avec tout ce que j’ai mangé pendant la journée, je me restreins à une entrée et un dessert. Sauf que chez Thomas, on te donne une petite soupe aux potirons et pignons avant de servir, puis un sorbet à la framboise dans un nuage de chocolat blanc avant le dessert. Ensuite, on est tentés de prendre le fromage en avant dessert et par conséquent, je choisis la cervelle de canuts, un très bon fromage de chèvre local aux herbes que je vois sur toutes les cartes à Lyon. Pfiou! En entrée, c’est crémeux d’épinard et merlu aux beurre d’agrumes.

Un des copains choisit la terrine tout canard composé de magret frais et fumé, de foie gras, gratons de canard et pickles maison. Il enchaîne avec un bar sauvage grillé, frégola aux petits légumes, coulis de poivrons rouge et Xérès. Nikel!
L’autre ami se charge de tester le bœuf: Strate de bœuf charolais, foie gras landais, rattes confites et sauce périgueux. C’est une tuerie inratable, mais devinez quoi? Vous et moi ne mangerons pas la même chose car la carte change périodiquement. :p
Je finis le dîner avec un baba au rhum rafraîchi à l’ananas. C’est simple mais aussi freshly qu’on vous le promet.

chez thomas lyon 1

chez thomas lyon 2

chez thomas lyon 4

chez thomas lyon 5

chez thomas lyon 6

chez thomas lyon 7

Et ce sera ma dernière note Lyonnaise : Le lendemain gare de Part-Dieu direction => Paris !

Plus de détails:
Le petit paumé c’est quoi?  C’est une  association regroupant une communauté d’étudiants  qui font  le tour des restaurants de la ville pour y partager leurs avis. Elle publie chaque année un guide des principaux restaurants « recommandé par le petit paumé » , ainsi que d’autres établissements (coiffeurs, musées etcc). Les étudiants gèrent également un site internet avec une énorme base de données d’établissements, accompagnés d’avis du petit paumé et des utilisateurs.
Pour un séjour express=>Se balader dans l’énorme place Bellecour, Des terreaux, et la sublime place de la république. Monter à Fourvière, faire quelques traboules (ruelle couloir qui traverse plusieurs bâtiments de façon intérieure), un musée du cinéma, les halles Bocuse..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *